Actualités non classé Santé-Qualité de vie

5G et principe de précaution

D’ici la fin de l’année 2020, les offres de téléphonie mobile de 5ème génération, 5G, devraient être disponible sur le réseau national mais en France et dans le monde plusieurs ONG et associations,  s’y opposent en invoquant le principe de précaution! De plus, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) alerte dans un récent rapport, sur les risques liés à l’exposition des populations aux champs magnétiques émis par la 5G, et sur le peu de recherches scientifiques au sujet de ses effets. De quoi susciter des doutes chez les consommateurs déjà bombardés quotidiennement de fréquences radio-électriques…

En effet, selon le CRIIREM, le centre de recherche et d’information indépendant (1), “Des centaines de scientifiques lancent un appel aux Nations Unis, à l’OMS et aux gouvernements, ils exigent l’arrêt immédiat du déploiement du réseau 5G. Ils mettent en garde sur l’augmentation massive du niveau d’exposition aux fréquences radio électriques.”

En France, l’ANSES a demandé aux  fournisseurs de télécommunication de fournir toutes les données et informations techniques à propos de l’implantation du réseau sur le territoire afin de pouvoir évaluer les risques pour les populations. Il semble en effet, que si ce réseau parvient à s’implanter dans les conditions fixées actuellement plus aucun être vivant ne sera à l’abri de ses fréquences avec des conséquences graves pour la santé telle que le syndrome d’électrosensibilité qui toucherait déjà plus de 8% de la population et des suspicions concernant les tumeurs du cerveau.

La Suisse a d’ores et déjà suspendu l’implantation des antennes 5G en attendant d’avoir une étude sérieuse à propos des répercussions possibles sur le vivant.

Le CRIREM affirme: “La 5G  s’ajoutera aux rayonnements déjà émis par les réseaux de téléphonie mobile 2G,  3G et 4G. Dans les années qui viennent les entreprises de télécommunication du Monde entier avec l’appui des gouvernements projettent de mettre en place partout dans le Monde l’infrastructure nécessaire au développement de l’industrie des objets dits « intelligents ». On nous promet des maisons intelligentes, des automobiles intelligentes, des villes intelligentes. Tous les objets du quotidien devraient bientôt être équipés de micro puces interconnectées entre elles et internet, grâce à ce nouveau réseau sans fil 5G.

Or malgré un déni généralisé organisé par les lobbies, les preuves de nocivité des rayonnements radio électriques  sont de plus en plus nombreuses et concordantes. Plus de 10000 études scientifiques publiées dans les plus grandes revues montrent qu’elles portent gravement atteinte à la santé humaine et à l’écosystème en général.”

Actuellement plusieurs pétitions sont en ligne pour s’opposer sinon au projet du moins à sa trop rapide mise en oeuvre sans respect pour le principe de précaution concernant les populations, dont l’appel de la communauté scientifique à  l’ONU, l’OMS, l’UE, le Conseil de l’Europe et les gouvernements de toutes les nations à prendre des mesures pour protéger les populations et mettre fin au déploiement de la technologie 5G. A consulter ici…

Et celui pour la France, du collectif les lignes bougent, dont nous utilisons le logo plus haut, à consulter ici…

Nathalie Laulé

 

(1)Le CRIIREM est habilité à réaliser des expertises opposables dans le cadre de la gestion des risques sur les biens et les personnes vu la Directive 2013/35/UE-décret 2016-1074. L’équipe se compose d’un Conseil d’Administration, d’un Bureau et d’un Conseil Scientifique qui réunit des spécialistes de l’environnement, chercheurs médecins, universitaires, experts…

Laissez un commentaire