Actualités Biodiversité POINT FORT

L’Amazonie en flamme, victime d’appétits économiques féroces!

Le presse mondiale a mis un certain temps à réagir pour enfin parler de ce que les réseaux sociaux, les ONG et des stars internationales qualifient de “catastrophe sans précédent”. Depuis janvier 2019, des milliers d’incendies ont été recensés, majoritairement à l’intérieur des frontières du Brésil qui possède 60% de la forêt amazonienne!

Le poumon du monde”, la plus grande forêt tropicale de la terre, immense réservoir de bodiversité, terre de peuples premiers, essentiel paravent au réchauffement climatique, est en proie à un véritable massacre!

Ce n’est qu’en juillet et août 2019 que la communauté scientifique internationale et  l’opinion publique se sont  massivement mobilisés pour dénoncer ce désastre, après les publications de L’Institut National pour les Investigations Spaciales (INPE).  Entre début janvier et le 5 septembre 2019, 96.596 foyers d’incendies se sont déclarés au Brésil, dont 51,4% en Amazonie, selon l’INPE, qui a mis en évidence une augmentation significative des incendies depuis la prise de pouvoir du président brésilien climatosceptique, Jair Bolsonaro.

De nombreuses pétitions ont circulé pour demander aux gouvernements des grands pays d’intervenir. Le G7 réuni à Biarritz fin août a d’ailleurs promis une aide de 20 millions de dollars pour lutter contre les feux sur les territoires concernés. Une aide vertement refusée par le dirigeant autoritaire du Brésil, Jair Bolsonaro. En effet, ce dernier, critiqué par les ONG environnementales et interpellé par certains pays comme la France sur ses campagnes de déforestation massives pour booster l’économie brésilienne, s’est insurgé contre des velléités supposées “d’ingérence”, vis à vis de son pays, provoquant une véritable crise diplomatique entre la France et le Brésil.   Au début du mois d’août, il a même limogé le directeur de l’INPE après la diffusion des statistiques démontrant  une augmentation significative de la déforestation au Brésil!

Mais LCI annonce ce matin, que le président brésilien vient d’être obligé d’accepter cette aide, poussé par une crise politique aiguë au sien de son gouvernement, à condition qu’il y ait une absence de contrôle de ce financement…

Cependant, c’est un fait la communauté internationale est très inquiète à propos de cette catastrophe toujours en cours à l’heure actuelle, dans le contexte du changement climatique.

En effet, de nombreux témoignages attestent que certains agriculteurs provoquent des incendies pour augmenter leurs surfaces d’élevage intensif.  Ces “accapareurs de terre” comme les appellent les peuples autochtones pénètrent légalement ou illégalement de plus en plus profondément sur les territoires protégés de la forêt. Le président brésilien est accusé par les défenseurs de l’Amazonie d’avoir “encouragé les bûcherons et les agriculteurs à défricher la terre”…Toujours selon l’INPE, la déforestation au Brésil a augmenté de 88% en un an!

L’élevage et l’agriculture intensifs au Brésil ont à plusieurs reprises été évoqués dans le phénomène de la prolifération des algues sargasses dans nos régions… On sait à présent que tout est interconnecté dans l’univers et que les actions néfastes sur la nature ne s’arrêtent pas aux frontières d’un pays…

#Prayforamazonia#

Nathalie Laulé

Les actions de WWF pour l’Amazonie par ici.

 

 

 

Laissez un commentaire